Cet été : les devoirs de vacances ou la paix ? - Aid'Etudes
01.41.05.02.63
Home » Blog » Cet été : les devoirs de vacances ou la paix ?

Cet été : les devoirs de vacances ou la paix ?

MAI 2020 – Période post-confinement suite COVID-19

Dans la suite logique de cette période singulière, cet été s’annonce différent des autres, par de nombreux aspects. Les parents, après avoir joué les enseignants pendant deux mois, pourront-ils imposer à leurs enfants des devoirs pendant ces vacances ?

Alors, après ces deux mois hors-norme, doit-on faire travailler nos enfants cet été ?

Rappel anti-stress pour les parents  

  • Les enfants n’ont pas manqué deux mois d’école. Les professeurs leur ont envoyé des devoirs tous les jours. Ils ont travaillé, appris, progressé.
  • Lorsqu’ils vont retourner en classe en septembre, ils ne seront ni décalés, ni en retard. Les élèves ont tous vécu la même parenthèse scolaire. Ils seront donc tous dans le même cas.
  • Les écoles, collèges et lycées prendront en compte, cette « pause » qu’ont vécue vos enfants.


Bon à savoir

  • Il a été démontré que pour éviter de désapprendre,  l’occupation estivale (visites, sorties, camps…) était primordiale.
  • Chez la plupart des élèves, les meilleurs résultats sont obtenus par ceux qui travaillent en été. Ils ont moins oublié les notions acquises et reprennent plus facilement et plus rapidement le rythme d’apprentissage à la rentrée.
  • Les enfants ont besoin de décrocher pendant les vacances, besoin de jouer, de s’ennuyer, de prendre leur temps, de dormir.


Les bonnes idées…qui nécessitent de lâcher ses croyances !

  • Oui le travail scolaire peut être ludique et agréable. De nombreux cahiers de vacances sont conçus dans cet esprit.
  • Oui, certaines matières peuvent être travaillées en ligne via des sites dédiés.
  • Oui, même en vacances, il est bon d’organiser les devoirs dans un cadre précis prévu à l’avance (heure, ou au moins durée quotidienne) pour éviter une nouvelle négociation chaque jour.
  • Oui, votre enfant ou ado a son mot à dire. L’impliquer et le responsabiliser dans le choix, du meilleur moment pour faire les devoirs, participera à sa motivation.
  • Non, nul besoin d’être assis à son bureau pour apprendre ! Les notions peuvent s’acquérir par le biais d’activités ludiques qui permettent d’associer amusement et apprentissage (cuisine et proportionnalités, pêche et monde marin, promenade et flore, architecture et géométrie !).

 

Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens.
Tu m’impliques, j’apprends. »


Les petits « plus » essentiels pour des devoirs de vacances réussis :

  • S’appuyer sur des encouragements pour faire travailler vos enfants. Plus le feed-back est positif, plus ils s’inscriront dans un schéma de réussite.
  • Utiliser ce moment pour redonner confiance à son enfant en vue d’une année scolaire réussie. Une des clés de la réussite est la confiance en soi: apprenez à votre enfant à se mettre en avant, faites-lui nommer et expliquer en quoi ce qu’il vient de faire est une réussite, quels talents il a su mettre en avant, quelles compétences il a su utiliser. Reflétez-lui ses qualités, ses forces, ses atouts. Il saura d’autant mieux les dire, les croire, se les approprier.
  • Lui faire prendre conscience que les qualités qui sont les siennes dans un domaine peuvent être utilisées, transférées dans dans un autre domaine (scolaire par exemple). Tu as vraiment fait preuve de persévérance pour apprendre à faire du roller, bravo ! 
  • Profitez des vacances, sans enjeu, sans pression, pour prendre le temps de travailler la méthodologie d’apprentissage: fiches, cartes mentales, sketch-notes, photographie mentale etc.


Petite étude éclairante

Echangez, discutez, débattez. Il a été observé (1) que plus les enfants pratiquent d’activités (avec et sans leurs parents), plus ils sont à même de participer, de s’intégrer dans la vie des adultes. Plus leur vie quotidienne est un apprentissage dès leur plus jeune âge, y compris l’apprentissage de la discussion et de la négociation avec le monde des adultes, plus ils seront à même, de négocier avec des pairs ou des supérieurs hiérarchiques, dans un sens qui leur est favorable. Autrement dit, ces enfants « participatifs » seront mieux armés pour évoluer dans une société dont ils connaissent les ressorts, les valeurs, et qui leur est familière

(1) Annette Lareau, Unequal Childhoods : Class, Race and Family Life, 2003, Berkeley, Los Angeles, University of California Press


En conclusion

  • Oui, aux devoirs de vacances, mais en respectant une période de vraies vacances, avec repos et amusement.
  • Oui à tous les apprentissages pendant les vacances sous toutes leurs formes.
  • Et surtout oui à un regard positif sur nos enfants. Profitons des vacances pour les regarder encore davantage, les féliciter, les admirer, leur donner confiance, discuter avec eux…mais aussi apprendre d’eux.

Voir aussi

Comment aider son enfant à accéder aux œuvres littéraires ?

Chaque jour un peu plus, les écrans prennent le contrôle de notre vie… mais surtout …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.