Ecrans : bénéfices et dangers pour nos enfants - Aid'Etudes
01.41.05.02.63
Home » Blog » Ecrans : bénéfices et dangers pour nos enfants

Ecrans : bénéfices et dangers pour nos enfants


=> Les effets positifs de l’évolution numérique

  • « L’évolution numérique a des effets positifs considérables en améliorant l’acquisition des connaissances et des savoir-faire, mais aussi en contribuant à la formation de la pensée et à l’insertion sociale des enfants et des adolescents » (L’enfant et les écrans, Académie des Sciences, 2013)
  • Les nouveaux outils numériques peuvent être tout à fait bénéfiques pour les enfants, à condition d’apprendre à les utiliser, selon les préconisations de l’Académie des sciences (Avis de l’Académie des sciences – Éditions Le Pommier – Janvier 2013).
  • L’écran, développe un mode de pensée plus fluide et plus rapide.
  • De 2 à 6 ans , l’enfant expérimente le « faire semblant », c’est donc l’âge pour l’éduquer à différencier le virtuel du réel.
  • Entre 6 et 12 ans , les logiciels éducatifs peuvent permettre d’améliorer des compétences de calcul ou de lecture. Leurs effets positifs sont prouvés (à condition d’en cadrer la durée d’utilisation).
  • L’outil numérique permet aux adolescents de développer une pensée plus rapide, plus fluide et multitâche. Elle permet d’explorer différentes possibilités et d’expérimenter. Attention cependant à l’excès qui peut créer une pensée trop rapide et superficielle et appauvrir les capacités d’analyse et de distanciation.
  • Des recherches en sciences cognitives ont montré que « les adolescents qui jouent aux jeux vidéo peuvent développer des compétences exceptionnelles» précise Stanislas Dehaene, neuroscientifique et psychologue cognitif : compétences attentionnelles, prise de décision plus rapide, flexibilité cognitive (stratégie, adaptation).
  • En outre, l’outil numérique permet de découvrir son propre rythme suivant son propre parcours.

 

=> Quels sont les risques pour nos enfants ? 

Nos enfants passent aujourd’hui beaucoup de temps sur leurs écrans.  Télévision, tablette, smartphone, ordinateur, console de jeux…  Quelle influence, cette « consommation » intense d’écrans a-t-elle sur leur développement ?

De nombreuses recherches ont démontré les effets négatifs des outils numériques et de leur contenu émotionnel, souvent anxiogène, sur l’attention, la mémoire, les apprentissages, le sommeil et la santé. Elles mettent en garde contre un usage incontrôlé.

Les effets sur le cerveau

  • La surexposition aux écrans peut nuire au cerveau des enfants et au développement de leurs compétences…même « s’il existe aussi beaucoup d’aspects positifs » à la pratique des écrans comme le souligne Jean-François Bach, secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences. Elle augmente aussi les risques de retard de langage.
  • Une étude récente menée par des chercheurs québécois a montré que chaque heure supplémentaire passée devant la télévision par un enfant en bas âge diminuait ses performances scolaires à l’âge de 10 ans : moindre intérêt pour l’école, moindre habileté au plan mathématique.
  • Les enfants qui passent plus de deux heures par jour devant un écran « appauvrissent leur développement cognitif », indique le docteur Jeremy Walsh, de l’Institut CHEO du Canada
  • En outre, ont été détectés des « tracés différents » chez les cerveaux des enfants  utilisant des smartphones, des tablettes et des jeux vidéo plus de 7 heures par jour et un amincissement prématuré du cortex, l’écorce cérébrale qui traite les informations envoyées au cerveau par les cinq sens.

L’addiction

Autre phénomène dénoncé : l’effet addictif que peut engendrer le smartphone.  En effet, le temps passé devant un écran stimule la production de dopamine, l’hormone du plaisir. De quoi rendre les enfants littéralement accros aux écrans.

 


Les difficultés de concentration

  • Les capacités d’attention et de concentration peuvent aussi être impactées par une surexposition aux écrans… même lorsque l’enfant se trouve simplement dans une pièce avec la télévision allumée, sans la regarder !
  • Par ailleurs, les jeux et l’usage d’internet risquent de développer une pensée « trop rapide et superficielle » , un effet « zapping », et de créer un désintérêt pour tout ce qui n’est pas numérique.

 

Le manque de sommeil et  la lumière bleue.  

  • Les écrans dérèglent aussi le sommeil des jeunes du fait de leur fréquentation tardive sur les réseaux sociaux et autres plate-formes internet qui retardent d’autant l’heure du sommeil.
  • La luminosité dégagée par les écrans, envoie un signal trompeur à l’organisme : elle fait croire à l’horloge biologique qu’il fait encore jour.
  • L’attention et la concentration en classe peuvent ainsi faire les frais du sommeil miné des lycéens.
  • Selon l’étude conduite par des chercheurs canadiens de l’Institut CHEO de l’université d’Ottawa, Carleton University, un enfant de 8-11 ans a besoin de 9 à 11h de sommeil. Il devrait avoir un temps d’écran limité à 2h et une activité physique d’au moins une heure par jour.

 

Les effets sur la santé 

  • Des états anxieux et dépressifs ont été constatés chez les enfants qui passent trop de temps devant les écrans.
  • Des  problèmes  émotionnels  et  une mauvaise  estime de soi  sont  plus  susceptibles d’apparaître, au-delà d’une utilisation supérieure à quatre heures par jour. Ce temps passé devant  les  écrans  empiéterait en  outre  sur  le  temps  consacré à  d’autres  activités récréatives, physiques qui ont un impact positif reconnu sur le bien-être des enfants.
  •  “Obésité, diabète, hypertension, résistance moindre aux maladies » peuvent être les conséquences possibles sur la santé, précise la neurobiologiste Joëlle Adrien.
  • Cette surexposition précoce entraîne également une moindre autonomie, une moindre persévérance et une intégration sociale plus difficile.
  • Des comportements agressifs peuvent apparaître chez les enfants exposés à des contenus violents; ils sont plus enclins à se battre, et sont plus impulsifs.
  • Passivité et tendance au grignotage sont également des conséquences observées.
  • Picotements, troubles de la vision, baisse de la capacité à voir de loin ou migraine, brûlures même, ou douleurs aiguës qui réveillent la nuit ont été observés. Selon le Professeur Christophe Beaudoin, Institut de la vision à Paris,  « les écrans sont associés à un risque accru de fatigue et de sécheresse oculaire » .
     

 

=> Du bon usage des écrans

  • « L’évolution numérique a des effets positifs considérables en améliorant l’acquisition des connaissances et des savoir-faire, mais aussi en contribuant à la formation de la pensée et à l’insertion sociale des enfants et des adolescents » (L’enfant et les écrans, Académie des Sciences, 2013)
  • Les nouveaux outils numériques peuvent être tout à fait bénéfiques pour les enfants, à condition d’apprendre à les utiliser, selon les préconisations de l’Académie des sciences (Avis de l’Académie des sciences – Éditions Le Pommier – Janvier 2013).
  • L’écran, développe un mode de pensée plus fluide et plus rapide.
  • De 2 à 6 ans , l’enfant expérimente le « faire semblant », c’est donc l’âge pour l’éduquer à différencier le virtuel du réel.
  • Entre 6 et 12 ans , les logiciels éducatifs peuvent permettre d’améliorer des compétences de calcul ou de lecture. Leurs effets positifs sont prouvés (à condition d’en cadrer la durée d’utilisation).
  • L’outil numérique permet aux adolescents de développer une pensée plus rapide, plus fluide et multitâche. Elle permet d’explorer différentes possibilités et d’expérimenter. Attention cependant à l’excès qui peut créer une pensée trop rapide et superficielle et appauvrir les capacités d’analyse et de distanciation.
  • Des recherches en sciences cognitives ont montré que « les adolescents qui jouent aux jeux vidéo peuvent développer des compétences exceptionnelles» précise Stanislas Dehaene, neuroscientifique et psychologue cognitif : compétences attentionnelles, prise de décision plus rapide, flexibilité cognitive (stratégie, adaptation).
  • En outre, l’outil numérique permet de découvrir son propre rythme suivant son propre parcours.

 

=> Éducation et numérique

  • Il existe des éditeurs numériques spécialisés comme les studios Pango, Chocolapps, Slim Cricket
  • Les éditions jeunesse de Gallimard ou d’Albin Michel proposent aussi des applis, en compléments de leurs livres pour enfants.
  • Enfin, certains sites offrent des sélections pointues de jeux et d’applications pour les plus jeunes comme la sélection d’applis pour enfants de Super-Julie, une ancienne maîtresse d’école passionnée par le numérique…
  • Enfin, vous pouvez vous appuyer sur Pampirolo, écrit par Létitia Durand et illustré par Edith-Laure Rostkowski : conte éducatif qui aide les enfants à comprendre les méfaits des écrans.

 

=> Les articles qui pourraient vous intéresser : 

 

 

Voir aussi

Bac 2021, nouveaux programmes de français : à quoi s’attendre en Seconde ?

Le contenu de la Réforme du baccalauréat 2021 inquiète les futurs bacheliers, leurs professeurs et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.